Flux RSS

Recevez les mise à jour

CarnetDePassage.com
entre jungle et montagnes
Écrit par sophie et jeremy   
Vendredi, 08 Février 2019

Notre arrivée en Equateur se fait par un minuscule poste frontière au milieu d’une jungle entourée de hautes montagnes. Autant dire qu’il n’y a pas de wifi et que notre enregistrement à la douane prend quelques heures... Mais les habitants nous semblent immédiatement très sympathiques ; plusieurs viennent spontanément nous saluer, discuter de la voiture (elle fait des envieux) et de notre itinéraire de voyage, et chacun y va de son bon conseil sur ce qu’il faut visiter dans son fabuleux pays.

lama cajas lama cajas

Notre deuxième constat, c’est que contre toute attente la route équatorienne est de très bonne qualité même au milieu de nulle part. On peut même se doubler sur 3 files tellement elle est large ! Ce dont les locaux ne se privent pas, n’ayant visiblement pas plus de civisme sur la route que leurs voisins. Autre surprise, les habitations semblent de bien meilleure qualité qu’au Pérou : ici tout est en dur avec de jolies peintures, on croise même de belles villas cossues... Pas si pauvre ce pays finalement ?

montagne 1 montagne 1 montagne 2 montagne 2

En traversant les villes de Loja puis de Cuenca, on découvre de plus d’importants vestiges du patrimoine architectural colonial, dans l’ensemble bien préservé, ce qui donne un certain charme citadin. La vie semble douce par ici.

Cuenca Cuenca

Après des paysages tropicaux (avec chaleur et moustiques), la route s’élève rapidement au dessus des 3000m, on perd quelques dizaines de degrés et il commence à pleuvoir... Chouette l’Equateur ! Malgré ces désagréments climatiques, nous nous rendons au parque nacional Podocarpus où une petite marche de dérouillage à 3400m nous offre un beau panorama sur le paramo, la "toundra"  locale.

podocarpus 1 podocarpus 1 podocarpus 2 podocarpus 2

Un peu plus haut encore, le parque nacional Cajas nous permet d’améliorer nos performances sportives jusqu’à 4000m, tout en observant de belles lagunes entourées de hautes forêts de quenoas, ces arbres au tronc rouge pelé qui ne poussent qu’à très hautes altitude. Il y a aussi quelques lamas, mais toujours pas de puma ni d’ours à lunettes (endémique du coin)... Pourtant on fait des efforts, mais il faut croire que nous ne sommes pas bien appétissants.

cajas 1 cajas 1 cajas 2 cajas 2

cajas 3 cajas 3 cajas 4 cajas 4

Quelques (hautes) vallées plus loin se trouvent les ruines d’Ingapirca, site archéologique majeur du pays. Les Incas s’y sont installés à la suite de la civilisation Canari, qu’ils ont plus ou moins massacrée, ce qui explique que ces derniers se soient ensuite alliés aux envahisseurs espagnols contribuant ainsi à la chute de l’Empire Inca. A noter qu’une route (encore en partie en état) reliait autrefois ce site au célèbre Macchu Picchu, à quelques milliers de kilomètres de là. A pieds, ça devait leur prendre un certain temps, même s’il paraît qu’ils avaient mis en place un système de relais. Parce que bon, pour l’avoir un peu pratiqué en Bolivie, le "camino inca" c’est tout sauf plat et carrément épuisant physiquement !

Ingapirca Ingapirca

montagne 3 montagne 3 montagne 4 montagne 4

Malgré nos espoirs, la météo ne s’améliore pas vraiment, nous faisant renoncer à quelques randonnées qui nous paraissent moins sexy sous la pluie. On se contente d'admirer les innombrables canyons et cascades de la région de Banos depuis la voiture. Quelques routes se sont effondrées sous le ruissellement d'eau, rien n'étant signalé on se retrouve à franchir plusieurs gués olé-olé avant d'être arrêtés devant un gros tas de pierre coupant définitivement la route.

banos banos effondrement effondrement

Quelques détours et pertes de temps plus tard, on campe aux pied du Chimborazo, le plus haut volcan du pays avec ses 6310m. Bilan : à cette altitude on se gèle franchement et on a à peine entraperçu le sommet entre deux nuages... Mais on a vu plein de mignonnes petites vigognes!

chimborazo 1 chimborazo 1 chimborazo 2 chimborazo 2

Bon on s’en va, en 2h on a dévallé 4000m et le paysage de plateau désertique s’est transformé en jungle prolifique. C’est dingue ce pays ! Avant de partir vers la côte (et une météo plus clémente?), on s’arrête au bord de la lagune Quilotoa, au fond d’un ancien cratère. L’ascension a été rude, mais la récompense est là : une petite bière au bord de ses eaux turquoises...

jungle jungle quilotoa 1 quilotoa 1

chimborazo 2 chimborazo 2

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir