Flux RSS

Recevez les mise à jour

CarnetDePassage.com
les dunes du pacifique
Écrit par sophie et jeremy   
Dimanche, 17 Juin 2018

Arequipa « la blanche » est la deuxième ville du pays, perchée à 2330m entre désert et côte Pacifique, et surplombée par 3 majestueux volcans (dont un actif). Elle devait initialement son surnom à ses habitants fondateurs, des colons espagnols blancs séduits par son microclimat très agréable, puis l’a conservé au fils des siècles et des métissages en raison de ses très nombreuses constructions coloniales en sillar, une pierre volcanique de couleur blanche ou rose pâle. Le charme de la ville est indéniable, et nous constatons très vite qu’il y fait bon vivre d’autant qu’il y a beaucoup moins de touristes qu’à Cusco.

Arequipa 2 Arequipa 2

Nous commençons par un bon restaurant qui nous change de l’ordinaire, car il faut savoir qu’au Pérou on mange pour trois fois rien mais en général il n’y a dans l’assiette que des patates bouillies accompagnées de riz, de quinoa, ou de maïs et d’un petit bout de gras de viande. Nous savourons donc le repas quasiment luxueux qui nous est servi, à base d’alpaga et de « queso helado », une sorte de crème glacée locale, avant d’aller se promener en centre-ville. Nous visitons notamment l’incontournable couvent de carmélites Santa Catalina, qui est non seulement le plus important édifice religieux du pays, mais également le plus grand couvent du monde ! De fait, il est assez impressionnant et si vaste qu’il constitue une ville à lui seul, avec ses propres rues, maisons, places, jardins et cloîtres. Ça donnerait presque envie d’y vivre s’il ne fallait pas faire vœu de silence...

Arequipa 1 Arequipa 1 santa catalina santa catalina

Ces quelques jours nous ayant bien reposés, nous reprenons la route vers l’ouest. À peine arrivés sur la côte, nous perdons une dizaine de degrés et sommes submergés par le brouillard qui ne nous quittera plus pendant plusieurs jours... sympa le Pacifique ! Il nous reste encore environ 1000km à parcourir sur la célèbre « Panaméricaine » pour rejoindre Lima. Heureusement la route (presque sans trous) est magnifique, associant des dunes de sable jaunes, roses et noires, et comme elle longe l’océan nous nous régalons de la spécialité nationale : le ceviche, sorte de tartare de poisson mariné au « leche de tigre » (en fait du lait et du citron), et servi sans patates !

costanera 1 costanera 1 costanera 2 costanera 2

costanera 3 costanera 3 costanera 4 costanera 4

En route nous passons par la région de Nazca et ses célèbres géoglyphes, difficiles à voir sans prendre l’avion qui est pour nous hors budget, et malheureusement Dudule n’a pas le droit de voler ici. Nous profitons tout de même des nombreuses ruines et nécropoles pré-incas qui abondent dans cette zone peuplée dès 1000 av JC, avec une admiration toute particulière pour les ingénieux aqueducs souterrains.

nazca mummy nazca mummy nazca aqueduct nazca aqueduct

nazca line nazca line palpa line palpa line

Après une brève halte par la très belle (mais très touristique) oasis d’Ica, nous prenons un chemin de traverse entre les dunes pour rejoindre le Parque Nacional Paracas en bord de mer. Comme attendu, la route est bien pourrie et on a frôlé plusieurs fois l’ensablage, mais les paysages de sable multicolore et de falaises abruptes sont spectaculaires ! Nous y avons trouvé quelques spots de camping parmi les plus beaux du voyage, seulement dérangés par le vent et quelques phoques.

ica 1 ica 1 ica 2 ica 2

ica 3 ica 3 ica 4 ica 4

paracas 1 paracas 1 paracas 2 paracas 2

paracas 4 paracas 4 paracas 5 paracas 5

Quelques centaines de kilomètres plus loin se trouve Lima, capitale du pays et haut lieu de la gastronomie mondiale ; il va falloir qu’on découvre ça !

paracas 3 paracas 3

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir